Ma vie avec l’herpès labial.

Bonjour mes courgettes, je voulais vous faire un article sur un sujet un peu plus personnel, qui me touche depuis longtemps : l’herpès labial. Je sais que ce n’est pas du tout glamour, mais il est important pour moi et mon l’acceptation de ce virus dans mon corps d’en parler. Et puis, je sais que je ne suis pas la seule à vivre avec, donc je voulais partager mon expérience.

Set of Woman hot red lips

Pour ceux qui ne connaissent pas, l’herpès labial est aussi appelé bouton de fièvre. C’est un bouton qui apparait au niveau de la bouche chez les personnes porteuses du virus. La plupart des gens sont porteurs sains et ne vont faire d’une poussée (ou pas) dans leur vie. Mais certaines personnes vont faire de nombreuses poussées tous les ans, comme moi.

  • Mon histoire, les débuts

J’ai commencé à avoir mes premiers boutons d’herpès à deux ans et j’en ai eu très régulièrement depuis. J’en avais au niveau de la bouche, surtout en cas de changement de température. Comme j’étais petite, je n’étais pas forcément très sérieuse avec le traitement et ils avaient tendance à être assez gros. Mais ils étaient assez rares, seulement 3 à 4 par an.

Puis, j’ai contaminé mon nez je ne sais pas comment. Je sais que ce n’est pas du tout habituel, mais j’ai de l’herpès au niveau de mon nez depuis mon adolescence (vers le lycée), je pense que c’est lié au fait que j’ai la peau très fine et sensible sur les ailes du nez. J’ai surtout de l’herpès quand j’ai un rhume à cet endroit, ce qui rend le fait de se moucher très difficile et douloureux.

Il m’arrive aussi d’avoir plusieurs boutons en même temps : un sur le nez et un sur la bouche ou deux sur la bouche. C’est seulement depuis 3 ans environ que c’est le cas, quand j’ai une fatigue extrême notamment à cause de mon travail. Avec la vie active et la puberté, la fréquence de mes boutons a augmenté.

mylan-aciclovir-creme-5-F10000174-p1

  • Ma vie au jour le jour avec

J’ai donc maintenant souvent de l’herpès, je dirai au moins une fois par mois. Evidemment, c’est plus courant quand j’ai mes règles, que je suis malade ou fatiguée. Le problème, au-delà du fait qu’il faut accepter d’avoir quelque chose considéré comme disgracieux sur le visage, est de supporter les picotements, la gêne et la douleur que ça entraine.

J’ai souvent un épisode dépressif au moment où l’herpès se déclenche. Je pense sincèrement que c’est un virus qui agit là-dessus, parce que ce n’est pas seulement la « laideur » du bouton qui me fait ça.

Evidemment, ça a un temps été un sujet de moqueries. Mais au final, la plupart des gens ont un proche atteint et cela reste maintenant assez rare qu’on me fasse des commentaires dessus. Quand je fais une poussée, les enfants me demandent ce que c’est, ils sont seulement curieux, il n’y a pas de jugement dans la plupart des cas.

Avec mon amoureux, j’ai aussi eu la chance qu’il l’accepte tout de suite. Par contre, il n’aime pas me faire des bisous quand j’ai de l’herpès sur le visage, ce que je comprends.

ravintsara-huile-essentielle-mamie-star

  • Les traitements

Lorsque j’ai de l’herpès, je mets toujours dès les premiers picotements d l’aciclovir (équivalent moins cher d’autres traitements) à l’aide d’un coton-tige. Cependant, ce n’est pas très efficace et les boursouflures continuent à grandir pendant un moment, surtout en cas de grosse crise. Pendant un temps, j’étais vraiment fâchée avec l’industrie pharmaceutique pour le manque de traitement efficace, mais j’ai depuis quelques années appris à l’accepter.

J’ai aussi eu la chance de me faire conseiller l’an dernier l’huile essentielle de ravintsara pour l’herpès. En effet, en appliquer au début de l’apparition du bouton avec un coton-tige. L’avantage, c’est surtout que ça aide niveau douleur et arrêt de la progression de la plaie.

Il y a quelques années, j’ai aussi découvert une crème faite par un herboriste qui aide à la cicatrisation. J’en mets donc une fois que l’herpès forme une croûte afin de cicatriser plus vite.

  • Bilan

J’avoue que ce n’est pas toujours facile de vivre avec ce virus, surtout quand je vois qu’il y a plein de personnes qui sont porteurs sains autour de moi. Mais j’essaye de relativiser en me disant que je n’en ai pas non plus toutes les semaines comme certaines personnes. Je commence à arriver à une vraie acceptation de ça, malgré des moments assez difficiles.

Connaissez-vous des personnes touchées par l’herpès ? Etes-vous touché ? Dites-moi tout sur votre expérience en commentaires !

A bientôt, Nicola.

Publicités

2 commentaires on “Ma vie avec l’herpès labial.”

  1. Kristy dit :

    Hello, j’en ai eu un en début d’année lorsque je suis allée en montagne et j’ai détesté ça. Le regard des autres n’est pas tjrs facile à accepter et surtout la fatigue….OMG la fatigue est juste horrible…j’étais tellement fatiguée que parfois j’avais du mal à dormir . Heureusement mn chérie était là pour me faire minimiser ce bémol.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s